Jig

Le 40ème Championnat du monde de danse irlandaise se tient à Glasgow. 6 000 danseurs venant des quatre coins du globe arrivent avec leurs familles et professeurs, avec une seule idée en tête : gagner le plus prestigieux des titres de la discipline.
Si le sujet peut en rebuter certains (moi le premier), je dois avouer qu’en fin de compte, Jig (2011) fut plutôt une agréable surprise. En effet, nul besoin d’être un passionné de danse et encore moins de danse irlandaise pour s’intéresser au film et au sort que réserve le 40ème championnat du monde de danse irlandaise qui se tient à Glasgow où des milliers de danseuses (et danseurs) venus des quatre coins du globe tentent de remporter le prix tant convoité. Par le biais de son documentaire, Sue Bourne s’est intéressée durant une année à une dizaine de jeunes participants (essentiellement des enfants, ainsi qu’une poignée d’adultes), de leurs préparations jusqu’à la compétition finale. De l’Irlande en passant par les Etats-Unis, de la Russie aux Pays-Bas, en passant par la Grande-Bretagne, parents, élèves et professeurs se livrent devant la caméra de la réalisatrice, drôles, touchants, passionnés, émouvants, sincères, tristes ou enjoués, on suit leurs efforts où espoirs et désespoirs viennent rythmer leur quotidien de dure labeur pour atteindre la perfection. Des parents qui consacrent tout leur temps (et argent) en passant par les professeurs qui les soutiennent et poussent leurs jeunes apprentis à sans cesse se dépasser, on prend plaisir à voir ces jeunes s’entraîner durablement, motivés par non pas, par une passion mais par une véritable obsession (pour certains). La réalisatrice nous ouvre les portes d’un monde inconnu du grand public (peu médiatisé), on y découvre de véritables performances où chacune des jeunes danseuses sont fières d’arborer leurs costumes (où les strass et les perruques sont de rigueur). On y découvre des jeunes talentueux qui à coups sûr deviendront des grands noms de la danse irlandaise (notamment Joe Bitter, âgé de 15 ans et qui a déjà gagné les 17 compétitions auxquelles il a participé). Sue Bourne a su ouvrir les portes d’un univers tellement refermé sur lui-même (C’est la première fois qu’une personne de l’extérieure a été autorisée à filmer cette compétition), à créer un véritable engouement qu’à la fin du film, au moment des délibérations du jury, on est aussi stressé qu’eux à l’annonce des résultats. Ajoutez à cela de superbes images où les couleurs foisonnent (filmé en HD), le film vaut assurément le détour !

Un film de Françoise Guégot,
Avec Édouard Marquis, Pierre Moscovici, Bruce Toussaint, Jean-Edern Hallier, Marilyn Jess

streaming

About streaming

Critiques de films et séries télévisées qui existent en streaming en VO, VF ou VOSTF, sur l'Internet gratuit. Pour toutes questions, veuillez vous rendre sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>