Kull le conquerant

Kull est un bon roi. Sa droiture et sa vaillance incomparables l’ont porté sur le trône et il est aimé de son peuple. Seulement quelques noblions corrompus lui vouent une haine féroce et sont bien décidés à l’éliminer. C’est alors que, malgré les tendres sentiments qu’il porte à l’esclave Zareta, il…
Voilà un film bien foireux, qui a au moins le mérite de bien nous faire marrer par son coté nanar. On a droit à un ersatz de Conan le Barbare version années 90. Pourtant, le personnage principal n’a même pas une once du charisme à la Arnold Schwarzenegger et il manque cruellement d’âme, si bien qu’on a juste l’impression qu’il récite son rôle à la va-vite pour dire ‘mais je m’emmerde grave dans ce film, vivement le chèque’. De plus en le regardant, on a l’archétype du parfait barbare (dans le sens que le mot nous inspire): un grand baraqué à souhait, les cheveux lui atteignant les épaules et doté d’une intelligence digne d’un pigeon. On est donc loin du résultat de Conan… Je crois que Kevin Sorbo aurait mieux fait de continuer à se battre contre les dieux Grecs, le seul rôle vraiment convaincant dans lequel je l’ai vu. Je passe ensuite à la distribution, elle aussi bien foireuse malgré le casting 3 étoiles. On aurait pu penser que les autres allaient rattraper, comme ce fut le cas de Arnold Schwarzenegger dans ‘Kalidor’ alors réduit au rang de personnage secondaire derrière l’héroïne, mais là ce n’est guère mieux. En effet, si le charme de Tia Carrere opère quelque peu, il n’en est pas vraiment le cas avec sa performance guère très convaincante dans le rôle de la vilaine méchante. Que dire également du vilain général, son homme de main réduit à l’état de simple toutou qui lui lèche la main et va chercher ses pantoufles. Ensuite, niveau décor, on sombre un peu plus dans le ridicule: le carton pâte et le polystyrène sont omniprésent durant tout le film, aussi bien le palais que les villages où encore le temple de la déesse, laissant sentir le cruel manque de moyen. Quant à la réalisation, on essaie au moins de s’y prendre de manière à refléter les fameux pectoraux de Kull. Mais là on l’on atteint des records de nanardises, c’est pour le scénario. En effet, il est ultra-conventionnel et sans aucune surprises: le gentil est tellement bête, pour ne pas dire c**, qu’il se fait avoir par la méchante. S’en suit une longue quête pour retrouver un artefact perdu qui pourra permettre au héros de se venger et dans le même temps sauver le monde des ténèbres grandissants. Finalement, il vainquera les méchants et épousera la gentille qui ne sert à rien d’autre que se faire courser par les sbires et nous casser les tympans. Et il vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Au final, on rit bien pour le coté nanar, je rajoute donc 0,5 points à la note minimale, d’autant plus que les jeux de mots débiles que j’ai trouvé m’ont bien fait rire, mais si vous regardez le film au premier degré, vous risquez fort de vous endormir et ne pas finir le film.

Un film de Pascal Bataille,
Avec Arlette Cuff, Laurence Arribagé, Laurent Broomhead, Olivier Minne, Maryline Guillaume

streaming

About streaming

Critiques de films et séries télévisées qui existent en streaming en VO, VF ou VOSTF, sur l'Internet gratuit. Pour toutes questions, veuillez vous rendre sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>