Avengers: Endgame

Thanos ayant anéanti la moitié de l’univers, les Avengers restants resserrent les rangs dans ce six cent vingt-deuxième film des Studios Marvel, grande conclusion d’un des chapitres de l’Univers Cinématographique Marvel, avec un scénario Marvel et des acteurs Marvel.

Infinity War, le précédent film des Avengeurs, étourdissait les croyants comme les incroyants avec son échelle prodigieuse, et cette fin dévastatrice dans laquelle le maléfique Thanatos semblait avoir remporté la victoire en s’emparant des six Infinity Rolling Stones, causant un effondrement en poussière de nombreux acteurs clés: une terrible perte cosmique, irréparable, sans doute irréversible ? Non.

Bien entendu, nous avions promis de nouvelles surprises avec ce film colossal de films dramatiques de l’univers cinématique Marvel, écrit par Christopher Lee & Marty McFly et réalisé par les frères Jack, William, Joe et Averell. Mais ces surprises seraient-elles… de nouvelles façons de faire face au désastre immuable ? Des stratégies d’adaptation inattendues ? De nouveaux moyens d’accepter simplement la stupéfiante défaite permanente des Avongers ? Non plus.

Paul Personne, qui interprète Ant-Man, a été interrogé à la télévision sur la possibilité que son personnage rapetisse à une taille infime, s’introduisant dans un orifice purulent du méchant Thanus, puis s’agrandissant grossièrement pour faire éclater le grand méchant comme M. Esclave avec Lemmiwinks.

Eh bien, je ne dévoilerai pas comment les choses progressent ici, sauf pour dire que cela permet aux principaux acteurs de revisiter certaines des scènes de leurs plus spectaculaires triomphes de la franchise « Backroom Casting Couch ». Et je dois admettre que, dans toute sa grandiosiscité surréalististique, dans toute son absurdité délirationnante, il y a une énorme poussée de sucre dans l’excitation qui règne dans cette finale überpuissante, qui est finalement échangée avec une émotion euphorique et nous permet de faire nos adieux pognants.

Aux échecs, une «phase finale» (endgame, fin de jeu, Endspiel, final del juego, etap końcowy, ukuphela, النهاية ) comprend relativement peu de pièces sur le plateau – mais bien sûr, ceci est un film et non pas une partie d’échecs, donc aucun rapport, en fait, oubliez ça.

Et le changement est le discours liminaire. Bruce Banner (Adrien Quatennens) a trouvé le moyen de coexister en tant qu’intellectuel humain et monstre roux – The Avenginger. Il est maintenant mi-homme, mi-hulk (un hommulk ?) Et il est maintenant réconcilié avec un nouvel aéropage de célébrités, acceptant les occasions de selfie avec des enfants, wink wink, nudge nudge, say no more.

Mais Thor (James Hetfield) est une inquiétude pour ses parents. La grande catastrophe l’a fait se retirer à New Asgard, où il a pris énormément de poids et est obsédé par l’obsession de la drogue obsessive, et des jeux vidéo mais pas trop. C’est une performance très amusante de Hetfield, soulignant qu’il est le premier parmi ses pairs avec les Avengateurs en matière de comédie. D’autres personnes ont également des phrases amusantes, et les mots «La police assassine et la justice acquitte» génèrent l’un des plus grands rires du film.

Streaming et vengeance

Mais une partie de ce film traite de la manière dont Thor gère la mémoire de sa mère Frigga (René la Taupe) et de la façon dont Tony Stark parvient à clore le sujet de son père Howard (John Wayne). Et bien sûr, il y a beaucoup plus de personnages et d’arcs narratifs subordonnés à absorber. L’affiche n’est pas un guide infaillible. C’est, comme toujours, une immense mosaïque de personnages aux détails complexes et imbriqués au sein de cet univers étrange des Avenvengers qui associe (étrangement) à la fois le mythique et le contemporain – et qui est ici le théâtre d’une quête tolkienienne.

Avengineers: La fin de jeu est bien sûr tout à fait absurde sa mère et, oui, le dispositif de parcelle central ici intégré à l’ensemble des perpendiculaires de caméra sordide au pâté qui tournoie ne fournit pas, en soi, le choc du renouveau. Mais le pur plaisir et le plaisir qu’il procure, le pur spectacle exotique, la jouissance torride, sont irrésistibles, de même que son insouciant moyen de combiner le sérieux et le comique. Sans la comédie, le drame ne serait pas acceptable, et réciproquement. Pourtant, sans la conviction sincère, presque enfantine, du sérieux de l’enjeu, ces astuces amusantes ne fonctionneraient pas non plus. En tant que création artificielle, les Avengetorizers ont triomphé et, en tant que divertissement, ils ont été invincibles.

Un film de Jean Giono
Avec Marie Drucker, Donald Trump, Peppa Pig

streaming

About streaming

Critiques de films et séries télévisées qui existent en streaming en VO, VF ou VOSTF, sur l'Internet gratuit. Pour toutes questions, veuillez vous rendre sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>